Une femme du monde – Le combat d’une travailleuse du sexe contre la précarité

Une femme du monde : A Strasbourg, Marie se prostitue depuis 20 ans. Elle a son bout de trottoir, ses habitués, sa liberté. Et un fils, Adrien, 17 ans. Pour assurer son avenir, Marie veut lui payer des études. Il lui faut de l’argent, vite. 

Une femme du monde  | Copyright Tandem Films
Une femme du monde | Copyright Tandem Films

Une femme du monde

Note : 4 sur 5.

 

C’est le premier long-métrage de Cécile Ducrocq. Elle est dans la continuité de son court-métrage La Contre-allée, déjà avec Laure Calamy, pour lequel elle avait eu le César du Meilleur court métrage en 2016. Le 8 décembre 2021 en salle.

J’ai trouvé qu’Une femme du monde était un très bon drame. 

Les travailleuses du sexe sont invisibilisées par la société

Ce film va parler de la prostitution et on va donc logiquement faire une petite mise en contexte. En France, l’exercice de la prostitution et le racolage sont permis mais l’achat de services sexuels est illégal et réprimé depuis la loi du 13 avril 2016. Ce qui est quand même tiré par les cheveux. Contrairement à nos voisins, le proxénétisme et les maisons closes sont interdits depuis la loi Marthe Richard du 13 avril 1946. En France, on dénombre entre 30.000 et 44.000 personnes prostituées, la grande majorité était des femmes. 

Il va aborder le thème de la prostituait. Bien que le film ne s’étende pas trop sur les scènes de passe, il commence avec Marie en tête à tête avec un client. Cela nous plonge directement dans le bain sans pour autant montrer l’acte en soi On verra donc plus l’envers du décor avec une totale immersion auprès de cette travailleuse du sexe. Nous pourrons observer toute la difficulté de son métier que ce soit par les aspects légaux mais aussi la concurrence déloyale venue d’horizons exotiques. Il y aura d’ailleurs une partie revendicative intéressante. Il y a un discours clair sur les conditions précaires et ce que réclament ces femmes. De l’autre côté, on verra aussi les conséquences que cela a sur sa vie familiale avec son fils. C’est donc une mission de poids qu’à Marie sur ses épaules. Devoir rapporter de l’argent au foyer, tout en devant trouver un équilibre pour s’occuper de son adolescent.   

Une femme du monde  | Copyright Tandem Films
Une femme du monde | Copyright Tandem Films

 

 

J’aime cet article de Une femme du monde

Mais elles se battent pour se faire entendre

Cette partie va donner tous l’enjeu à cette histoire. Au fur et à mesure l’évolution positive ou négative du fils, l’intensité va augmenter. Cela donne un véritable sens au combat de Marie. Elle fait tout pour donner une situation décence à son fils et c’est tellement émouvant. Son désespoir est touchant. C’est aussi lui qui fait ressortir toute la précarité à laquelle elle doit faire face. Finalement, cela va humaniser les travailleuses du sexe trop souvent à travers les yeux de reportage tapageur. 

Je veux dire à quel point je suis admiratif de la prestation de Laure Calamy. Elle est tout simplement parfaite. J’aime la force émotionnelle qu’elle donne à son personnage. Il faut aussi saluer Nissim Renard qui est impeccable dans la peau du fils. Il dégage une rage et une violence relative au fait la situation de sa mère. C’est poignant. En rôle secondaire, on peut retrouver entre autres Romain Brau qu’on a vu récemment dans Haute couture

Vous pouvez continuer à me suivre sur InstagramTwitter et Facebook

Visitez le site de notre Partenaire YouthCulture

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :