Coup de coeur

Nobody – Bob Odenkirk cogne dur (Action – Excellent – Cinéma)

Hutch Mansell est un père et un mari frustré. Une nuit, alors que deux cambrioleurs pénètrent chez lui, il fait le choix de ne pas intervenir. Une décision qui le discrédite aux yeux de son fils et de sa femme.

C’est une réalisation du Russe Ilya Naishuller qui avait été remarqué par l’atypique film d’action Hardcore Henry (2016). Le scénario a été écrit par Derek Kolstad (John Wick).

Entre la présence de Bob Odenkirk, l’avocat de Breaking Bad, et le scénariste de John Wick, ce film offrait de belle promesse. Elles ont été tenues avec succès pour un excellent résultat.

Contrairement à beaucoup de films d’action « classique », j’ai apprécié que le personnage soit parfaitement introduit. On se prend dans ce récit d’un homme comme les autres, plongé dans son quotidien ennuyant. Nous avons le temps de cerner sa personnalité. On pourrait même s’identifier à lui. Le récit se construit donc sur de bonne base pour ensuite se développer dans la violence.

C’est donc avec intérêt qu’on découvre au fur et à mesure ce qui se cache derrière le personnage d’Hutch. Des petits indices sont laissés afin de ne pas dévoiler trop vite le pot aux roses même si on s’en doute. C’est donc un protagoniste principal fantastique qui va mener la donne. La différence est faite, il ne reste plus qu’à profiter.

Une fois qu’on est dans le dur du sujet, la baston va commencer. On va s’en prendre plein les yeux. Les scènes d’action sont extrêmement bien faites. Ça cogne bien et c’est filmé de manière très dynamique. Le sang va être de mise dans un contenu étant d’une belle violence. J’ai adoré la bande originale très calme pour contraster avec la nervosité des passages d’affrontement. Par contre, les méchants sont plus classiques avec l’habituelle mafia Russe.

Ne pensez pas que j’allais oublier ce casting fantastique avec en tête Bob Odenkirk. Il gère parfaitement son côté sombre et profond. Petite cerise sur le gâteau, son père est joué par le fantastique Christopher Lloyd.

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :