Titre : THE LIGHTHOUSE

Genre : Epouvante-horreur / Thriller

Sortie : Décembre 2019

Avis global : Pourquoi pas ?

Dur pour les films comme THE LIGHTHOUSE de voir le jour dans une semaine où STAR WARS a accaparé la vedette.

C’est une réalisation de Robert Eggers qui pour son second long métrage, continue sur l’horrifique après THE WITCH (2016). Il a écrit le scénario avec Max Eggers.

Dans THE LIGHTHOUSE, on retrouve deux gardiens de phare (Robert Pattinson et Willem Dafoe) qui vont passer quatre semaines ensemble.

Ce film est vraiment spécial et je reste mitigé à son égard. Il a une vraie personnalité grâce à sa réalisation bien particulière. Le choix du noir et blanc va donner un côté sombre et angoissant à cet environnement de base peu accueillante. La corne de brume qui se répète sans cesse, va venir en rajouter une couche. Le film se déroule en 1890, et pour accentuer ce côté antique, Robert Eggers a décidé de tourner en format d’image 1.20, qui était celui utilisé au début du cinéma sonore. Je dois avouer que cet aspect visuel peut en rebouter plus d’un, mais j’ai trouvé cela intelligent car il se démarque. C’est plus sur le dérouler que je n’ai pas accroché. Avec ce récit, on rentre dans quelque chose d’hypnotique et on va presque subir ce qui arrive. On est comme enfermé dans une spirale qui se répète sans arrêt. Je regardais pour savoir ce qu’il advenait, mais au bout d’un moment je commençais à être lassé de cette redondance. Il y a quelques passages très forts, mais ils ne sont pas disposés assez régulièrement pour remonter l’attention. Une chose est certaine, on ne peut rien reprocher au casting. Dans ce huis clos oppressant, Robert Pattinson et Willem Dafoe vont être extraordinaire. J’ai été tout particulièrement impressionné par le futur Batman, dont la folie nous emporte. Willem Dafoe quant à lui, est une valeur sûre.

THE LIGHTHOUSE est une expérience à part entier mais qui tourne un peu trop en rond à mon goût.