1 4 minutes 4 ans

La Mule : À plus de 80 ans, Earl Stone est aux abois. Il est non seulement fauché et seul, mais son entreprise risque d’être saisie. Il accepte alors un boulot qui – en apparence – ne lui demande que de faire le chauffeur. Sauf que, sans le savoir, il s’est engagé à être passeur de drogue pour un cartel mexicain. Extrêmement performant, il transporte des cargaisons de plus en plus importantes. Ce qui pousse les chefs du cartel, toujours méfiants, à lui imposer un « supérieur » chargé de le surveiller. Mais ils ne sont pas les seuls à s’intéresser à lui : l’agent de la DEA Colin Bates est plus qu’intrigué par cette nouvelle « mule ». Entre la police, les hommes de main du cartel et les fantômes du passé menaçant de le rattraper, Earl est désormais lancé dans une vertigineuse course contre la montre…

La Mule | Warner Bros.
La Mule | Warner Bros.

La Mule

Note : 4 sur 5.

C’est Clint Eastwood qui réalise cette adaptation de la vie de Leo Sharp. L’américain signe son come-back un an après le très décevant LE 15H17 POUR PARIS. Il va refaire collaboration avec le scénariste Nick Schenk, après le brillant GRAND TORINO. Ce biopic dramatique américaine est sortie le 23 janvier 2019 en salle. Il est disponible sur Netflix et en VOD.

Du Gran Eastwood

L’ancien acteur de Western continue de forger sa légende en tant que réalisateur. Cette fois, il s’attaquera au milieu des narco-trafiquants à travers le personnage d’Earl. C’est d’ailleurs lui-même qui jouera avec talent ce rôle d’un vétéran américain. Cela fait 6 ans qu’il n’avait pas été à l’affiche d’un film, c’est donc un plaisir de le retrouver là.

Contrairement à d’autre films avec la même thématique, on ne verra pas de violence. Loin des fusillades ou des actes de barbarie, on se concentrera plus sur la manière dont Earl vit les choses. Montrer que de son point de vue, il est loin de toutes les conséquences néfastes de ce milieu. Il va juste faire sa petite part du travail et stop. Son personnage est très attachant, d’une part car il est en situation difficile et on sent qu’il est au bout du rouleau pour accepter ce « travail ». De l’autre, car son franc-parler fait des ravages. Clint Eastwood nous a habitué à jouer des hommes de cette trempe et encore une fois, il le fait parfaitement.

On va donc se passionner pour l’histoire de ce retraité à la dérive financière. Le récit étant très bien construit, on se plonge facilement dedans et le rythme régulier fait qu’a aucun moment on ne dérive. La partie concernant Bradley Cooper va rajouter une diversité bienvenue. Comme de l’autre côté du miroir. De plus, j’adore cet acteur. J’ai donc savouré sa partie de l’histoire. Pour ne rien gâcher à la fête, il est accompagné de Michael Peña.

Une réflexion sur “ La Mule – Clint Eastwood revient à la fois devant et derrière la caméra

Laisser un commentaire