LA LUTTE DES CLASSES – Edouard Baer en rebelle du système

Titre : LA LUTTE DES CLASSES

Année de Sortie : 2019

Genre : Comédie

Nationalité : Français

Avis : Mauvais

C’est désormais l’heure de LA LUTTE DES CLASSES avec le grand Edouard Baer.

Michel Leclerc va se charger de la réalisation. Il va écrire le scénario avec sa femme Baya Kasmi afin de raconter une situation qu’ils ont vécue.

Dans LA LUTTE DES CLASSES, on retrouve Sofia (Leïla Bekhti) et Paul (Edouard Baer) qui vivent dans une petite maison à Bagnolet avec leur enfant (Tom Levy). Le temps passe et ils vont voir que leur petit Corentin a du mal à se faire une place à l’école.

Je dis rarement ça, mais je n’ai pas du tout aimé un film avec Edouard Baer. La thématique d’une lutte des classes est à priori intéressante, mais la manière dont elle est abordée ne m’a pas plu. Ce film se transforme en espèce de potpourri où on mélange problèmes sociaux, culturel et religieux de manière brouillonne. Pour ne rien arranger, chaque personnage à sa petite case dont bien sûr il ne déborde pas afin que la situation ne puisse évoluer. Il n’y a pas de nuance, ni de juste milieu. J’ai trouvé beaucoup de situations caricaturales. Alors certes, par moments s’est appuyé afin de faire rire, mais a d’autres moment cela ressemble plus à du mauvais gout. Pour ne rien arranger, l’histoire est très plate. On prend le même film, on retire les parents stupides qui enveniment bêtement la situation, et on se rend compte que le gamin peu s’adapter. En parlant des parents, quelle déception de voir Edouard Baer comme cela. Je l’ai trouvé totalement effacé. Il est passé à côté de sa prestation. Pour sa femme temporaire, Leïla Bekhti, elle met un peu trop de drame dans ses expressions. En même temps, c’est valable pour toute cette comédie. On ne rigole pas franchement. Le portrait qui nous est dépeint est d’une tristesse comme si la société allée dans le mur. Ce n’est pas la fin surfaite qui à changer mon sentiment global. Merci tout de même à Ramzy Bedia pour m’avoir bien fait rire dans le rôle du directeur d’école. Il n’est malheureusement pas assez présent à l’écran.

LA LUTTE DES CLASSES se perd, à travers un récit fade, dans un mélimélo de constat peu abouti et faussement nuancé de notre société actuelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.