Américain Drame

BOY ERASED – Au cœur de l’horreur des thérapies de reconversion (Critique)

Titre : BOY ERASED

Année de Sortie : 2019

Genre : Famille / Aventure

Nationalité : Américain

Avis : Excellent Drame

En parlant des thérapies de conversion aux Etats-Unis, c’est un thème dur que va aborder BOY ERASED.
C’est Joel Edgerton qui, pour son second long métrage en tant que réalisateur, adapte les mémoires Boy Erased : A Memoir de Garrard Conley.
Dans BOY ERASED, on retrouve Jared (Lucas Hedges) qui est homosexuel. Son père pasteur (Russell Crowe) va décider de l’envoyer suivre une thérapie.
J’ai trouvé ce drame vraiment très fort. On va voir beaucoup d’images et de scènes qui sont violentes, non pas forcément physiquement, mais surtout psychologiquement. Il faut se dire qu’actuellement, aux États-Unis, il existe encore 36 États où cette pratique est tolérée. On aura donc droit à une reconstitution de ce qu’a subi quand il était jeune l’auteur Garrard Conley. Ce récit est impactant car il va avoir une certaine subtilité. Il ne va pas dresser d’un côté les bons contre de l’autre les méchants. Il va vraiment explorer les sentiments du père et ce qui le pousse à agir comme ça envers son fils. Russell Crowe est d’ailleurs super dans ce rôle. On voit qu’il ne sait pas le mal qu’il peut faire à son fils en lui faisant subir cette « thérapie ». On verra à quel point elle est dévastatrice mentalement. Le personnage de Nicole Kidman aussi est passionnant. Elle qui est prise entre la volonté de son mari et le bien-être de son fils. C’est là où sera aussi un des grands débats du film : quelle est la limite des parents pour imposer un comportement à leur enfant. Le récit est très intéressant et de plus, il est remarquablement construit. Entre les séances et les flashbacks bien placés, on va être plongé avec Jared. J’ai apprécié le jeu de Lucas Hedges, déjà vue cette année dans BEN IS BACK, qui arrive à nous montrer la souffrance de son personnage. Il est perdu entre ce qu’il a envie d’être et son éducation très pratiquante. Et au lieu d’être en paix avec soi-même, cette « thérapie » va créer un mal-être en lui. La maltraitance que ces adultes font subir à des adolescents est révoltante.
BOY ERASED, de manière poignante, veut réveiller les consciences sur une pratique encore trop courante de l’autre côté de l’Atlantique.

Partager :

WordPress:

J’aime chargement…

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :