CELLE QUE VOUS CROYEZ – Le mensonge de l’identité virtuelle (Critique)

Titre : CELLE QUE VOUS CROYEZ

Année de Sortie : 2019

Genre : Drame

Nationalité : Français

En quelques mots : Un drame glaçant

Je fonce en salle voire CELLE QUE VOUS CROYEZ pour retrouver François Civil, un de mes nouveaux chouchous.

C’est une réalisation de Safy Nebbou, deux après DANS LES FORÊTS DE SIBÉRIE, récompensé aux Césars. Cette fois, il a adapté un roman de Camille Laurens. Pour l’écriture du scénario, il a collaboré avec Julie Peyr, dont le dernier film L’ORDRE DES MÉDECINS, est sorti en Janvier.

Dans CELLE QUE VOUS CROYEZ, on retrouve Claire (Juliette Binoche) qui va chez une psy (Nicole Garcia) pour parler d’une relation qu’elle a liée avec Alex (François Civil).

Avec ses thématiques très intéressantes, ce drame m’a passionné. Il va explorer en particulier deux sujets importants avec le mensonge et l’identité virtuelle. Les deux vont se mêler pour nous offrir un récit de qualité. On va voir Claire s’enfoncer dans ses mensonges et alors que tout démarre d’un rien, elle va être prise dans l’engrenage. L’histoire étant une confession, on découvre au fur et à mesure ce qui lui est arrivé, et le mal que ça a provoquée chez elle. Cela permet aussi d’avoir un recul de sa part intéressant sur les événements. On verra une femme détruite. D’ailleurs, je n’ai pas été fan de Juliette Binoche. J’ai trouvé qu’elle ne faisait beaucoup trop. Cela heureusement ne retire pas la qualité de la relation qui va naitre en elle est Alex, joué par François Civil. Tout se passe à distance, par écrit puis par orale. On vit véritablement ce qui leur arrive. François Civil assume son rôle en étant bon dans ce qui lui est demandé. Il y aura quelque chose d’ingénieusement malsain à pouvoir s’identifier aux deux personnages. C’est impossible d’en vouloir à Claire qui ment, tout en ayant de la peine pour le trompé Alex. On va comprendre ce que chacun ressent, en éprouvant de la compassion pour eux. Plus le temps avance, plus on va se rendre compte du côté nocif de tout cela, jusqu’à ce que ça en devienne glaçant. C’est dommage que le rythme soit un peu lourd sur la fin. Le récit reste tout de même d’une qualité supérieure avec des moments très forts.

CELLE QUE VOUS CROYEZ est un bon reflet du mal qui guette une société moderne dont le web peut tuer l’identité personnelle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.