5 CENTIMÈTRES PAR SECONDE – L’amour comme une fleur de cerisier (Critique)

Titre : 5 CENTIMÈTRES PAR SECONDE

Année de Sortie : 2007

Genre : Animation / Drame / Romance

Nationalité : Japonais

A voir ? NON

Dans ma quête de voir des films en rapport avec YOUR NAME, je suis tombé sur 5 CENTIMÈTRES PAR SECONDE.

Ils ont en commun le talentueux réalisateur Makoto Shinkai qui met en scène ces deux films d’animation Japonais.

Dans 5 CENTIMÈTRES PAR SECONDE, on retrouve deux adolescents Takaki et Akari qui vont s’attacher l’un à l’autre mais le destin ne va pas les aider.

Quelle déception après le visionnage de ce film. J’ai été surpris par le découpage en 3 actes qui casse totalement la dynamique. Tout commençait pourtant bien, le premier acte est vraiment réussi. On rentre bien dans cette histoire d’amour, ce qui est le fort de Makoto Shinkai. Le décor est parfaitement posé et on se prend dans ce qui arrive à ces jeunes. Le flux émotionnel passe bien, puis soudain, alors que l’histoire est à son apothéose, tout s’arrête. On passe à l’acte 2 qui sera centré sur Takaki des années après. Ça m’a stoppé dans mon élan et ce fu fatal. Nous passons d’une belle histoire intense à une sans grand intérêt. La pureté poétique du premier acte, fait place à une molle amourette d’une adolescente (Kanae) voulant séduire Takaki. On chute de plusieurs niveaux. Le troisième acte étant censé être le grand final, remonte la pente mais les dégâts laissés ont été pour ma part irréversible. Je n’ai jamais réussi à me remettre dedans. Quel dommage car il y a de belles métaphores sur tout ce qui est relations humaines et surtout amoureuses. C’est le plus court des trois, mais celui qui doit donner tout son sens à l’existence de cette relation. La poésie de la Fleurs de cerisier qui au Japon représente la vie qui est belle et courte. Bien entendu, tout ce récit sera sublime visuellement parlant. Les graphismes sont vraiment magnifiques. De plus, la musique nous emporte dans un autre monde.

Il est regrettable que la mise en forme de 5 CENTIMÈTRES PAR SECONDE mette en échec la montée en puissance émotionnelle, car cela retire une grande partie de son intérêt à ce film.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.